Pourquoi les assureurs devraient cibler la génération Y

Ça me surprend de voir qu’il y a encore des compagnies d’assurance qui ignorent la génération Y. Nous représentons pourtant un marché vital. Voici donc trois raisons pour lesquelles les assureurs devraient commencer à cibler activement la génération Y :

1. Nous sommes plus nombreux

La génération Y, aussi appelée « enfants du millénaire », regroupe des personnes nées environ entre 1977 et 1995. Bien que plusieurs nous perçoivent encore comme des enfants, nous sommes âgés entre 20 et 38 ans.

Cette année, nous deviendrons la plus importante génération vivante au monde, surpassant les baby boomers. Aux États-Unis par exemple, nous sommes représentés par approximativement 75 millions d’individus. Et ce nombre grossit : « Les enfants du millénaire atteindront leur sommet en 2036, avec 81,1 millions de population ». Nous n’acceptons plus de nouveaux membres dans le clan de la génération Y, mais la majorité des immigrants américains en fait partie.

2. Nous sommes un marché inexploité

Puisque nous sommes adultes, nous ne sommes plus couverts par les assurances de nos parents. Ce qui veut dire que nous devons en acheter. Toutefois, des recherches montrent que la « génération Y est la génération vivante la moins assurée ». Cibler les enfants du millénaire peut amener des millions de dollars additionnels à une compagnie d’assurance, mais celle-ci doit d’abord savoir comment nous attirer.

Nous sommes une génération surprotégée ; il peut donc sembler ironique que nous ne voyions pas la nécessité d’être assurés. Le problème est que nous ne comprenons pas pourquoi nous devrions dépenser pour des assurances. Si les assureurs veulent exploiter ce marché, ils doivent nous montrer les avantages d’être assurés, en nous fournissant une bonne couverture, des taux compétitifs, un excellent service à la clientèle et un accès mobile.

Les plus jeunes de la génération Y sont aux études, ou viennent tout juste de graduer. Comme nous débutons nos carrières, nous déménageons et achetons une voiture. Conséquemment, nous avons besoin d’une assurance auto. Nous ne faisons pas encore beaucoup d’argent et accumulons les factures à payer, de sorte que notre priorité n’est pas l’achat d’assurances. Les assureurs doivent nous convaincre que les avantages valent les coûts (bas et justes).

Les plus vieux de la génération Y commencent à acheter des maisons et à fonder leur famille. Plusieurs compagnies d’assurance habitation ignorent ce fait que nous sommes des propriétaires potentiels, car selon le stéréotype, nous voulons habiter un appartement branché et urbain. C’est peut-être vrai pour les jeunes célibataires. Toutefois, la plupart d’entre nous considère que le succès, c’est être propriétaire d’une maison ; simplement, nous ne bousculons pas les choses. En fait, des études ont établi que, plus que les générations précédentes, les adultes de 22 à 34 ans souhaitent avoir leur propre maison un jour. La différence est que nous commençons à fonder nos familles plus tard que les générations d’avant, et puisqu’il est plus confortable d’acheter une maison avec deux salaires, nous attendons.

En vérité, nous sommes plutôt old school en ce qui concerne la fondation de nos nids familiaux. Comme je l’ai mentionné, les plus jeunes de la génération Y veulent faire l’expérience de la vie urbaine, tout en ayant l’objectif de s’établir en banlieue pour élever leurs enfants. Et la tendance veut que nous soyions plus nombreux que nos parents à devenir propriétaires ; déjà, la moitié d’entre nous a des enfants, ce qui fait en sorte que nous sommes le plus grand groupe d’acheteurs de maisons aux États-Unis.

3. Nous ne sommes pas encore fidèles à une compagnie d’assurance

Plusieurs assureurs sous-estiment la génération Y, pensant que nous ne sommes pas de bons clients. Bien sûr, beaucoup d’entre nous n’avons pas encore de personnes à charge ou d’actifs importants. Aussi, beaucoup d’entre nous n’avons pas encore autant de possessions que les baby boomers. Nous n’avons donc pas encore besoin des assureurs. « Encore » est le mot-clé ici ; cela changera au fur et à mesure que nous vieillirons.

Les humains sont des êtres d’habitude. Bien que les enfants du millénaire soient très critiques et plus ouverts au changement que leurs parents, nous sommes fidèles à ce que nous aimons, incluant les compagnies d’assurance. Si nous t’aimons, nous resterons. Et puisque nous ne sommes pas encore fidèles à un assureur en particulier, il est plus facile pour eux de nous attirer et d’établir avec nous des relations qui fructifieront en même temps que nos avoirs. Nous le constatons déjà chez les plus vieux de la génération Y : qui de mieux pour assurer leur maison que la compagnie qui assure déjà leurs autres biens ?

Bref, nous sommes peut-être compliqués et difficiles, mais nous sommes aussi la prochaine génération d’acheteurs. Et, comme nos parents, nous avons besoin d’assurances.

Partagez
Share on facebook
Facebook
Share on linkedin
LinkedIn
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Plus récents billets