Les années 80 ont appelé, ils veulent ravoir leur technologie

Toutes les compagnies d’assurance font de la gestion et de la réduction du risque une priorité. Il est donc ironique que la plupart d’entre elles prennent l’un des plus grands risques, à savoir opérer des technologies désuètes.

Vous vous rappelez les années 80 ? Époque avant les téléphones intelligents et les tablettes. Quand tous les processus étaient manuels. Quand les représentants prenaient la route avec des mallettes remplies de documents. Et bien, dans l’industrie de l’assurance, tout ça est encore d’actualité et coûte beaucoup d’argent aux compagnies.

Certains assureurs possèdent des infrastructures et des systèmes centraux qui datent de 20 ou 30 ans, entraînant de nombreux défis pour la croissance des affaires :

  • Les besoins des clients et les facteurs compétitifs ont évolué à un rythme beaucoup plus rapide que la technologie ancienne, qui n’a pas pu suivre.
  • Les coûts de maintenance et d’amélioration de ces systèmes sont élevés, tout comme les salaires des spécialistes de ces technologies obsolètes.
  • Les jeunes techniciens capables de travailler sur ces systèmes sont difficiles à trouver, tandis qu’un grand nombre d’experts en la matière approche de la retraite.

Ce n’est pas seulement une question d’âge, mais aussi une question de rapidité des changements

Les infrastructures technologiques considérées désuètes n’ont pas nécessairement 20 ou 30 ans. La technologie évolue à un rythme jamais vu auparavant. En reculant de seulement 5 ans, nous pouvons constater le progrès incroyable qui a été effectué, et ce à une vitesse qui continue de s’accélérer. Et la technologie progresse en même temps que les attentes des clients grandissent. En opérant des systèmes obsolètes, les compagnies d’assurance ne peuvent répondre aux nouveaux besoins et demandes de leurs clients. Bien que ces systèmes « fassent la job », ils accusent un important retard par rapport aux systèmes modernes des autres industries, et peuvent douloureusement affecter les assureurs lorsqu’un compétiteur comme Google entre en scène.

Selon Nazz Baksh de Peace Hill Insurance, « les compagnies hésitent souvent à plonger et à tirer profit de la technologie qui leur permettrait de répondre rapidement aux opportunités et d’améliorer l’expérience des clients ». De plus, différents départements au sein d’une même organisation utilisent couramment des systèmes divers, amenant des coûts de maintenance élevés, des inefficacités dans le partage des données, ainsi qu’un grand taux d’insatisfaction des clients.

On croit que le remplacement d’une technologie ancienne entraînent des coûts exorbitants et une interruption des affaires. C’est faux. Les technologies modernes ont la capacité de réduire, et même d’éliminer, ces obstacles. Vous n’êtes pas condamné à garder votre vieille technologie ! Et continuer de bâtir votre infrastructure technologique avec des systèmes désuets ne vous coûtera que de plus en plus cher, et ne fera qu’augmenter le risque. Laissez les années 80 ravoir leur technologie et prenez les mesures nécessaires pour assurer le développement de votre compagnie pour les prochaines 10-20 années.

Partagez
Share on facebook
Facebook
Share on linkedin
LinkedIn
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Plus récents billets